Accueil / ARCHIVES - 1996 à 2000 / 1996 - Implantation de la sculpture d'Avoskan devant la MJC 7

Implantation de la sculpture d'Avoskan...

Cette oeuvre du sculpteur lyonnais Avoskan était le "1% culture" de la construction du premier collège de Ste Foy-lès-lyon. Elle resta devant son entrée durant 20 ans...
Le nouveau collège du Plan du Loup venait d'ouvrir, les bâtiments de l'ancien - de type "Pailleron" - allaient être détruits et cette sculpture vouée à la décharge... Alors que la pelleteuse entrait en action, sans réaction ni du département ni de la commune, le Président de la MJC et son directeur récupérèrent in extremis la scupture grâce à la grue du marbrier du cimetière de Ste Foy. Ils la firent installer devant la MJC au 112 avenue Maréchal. Foch.... Pour être honnêtes, n'ayant pas pris de photo avant démontage, nous ne sommes pas certains que les quartiers de "La Lune" soient disposés selon les souhaits de l'artiste...
"La Lune" dort paisiblement dans ce nouveau cadre... M. Avoskan, très âgé,  résidant dans une maison de retraite en Saône et Loire fut averti du "déménagement". Il nous affirma en être très content, cette oeuvre relevant d'une "période alimentaire" !

Ivan Avoscan nait le 13 mars 1928 à Buxy en Saône-et-Loire; son père, Victor, d'origine italienne, est tailleur de pierre. Il apprend le métier de son père, en intégrant une entreprise de taille de pierre bunixoise; son patron, repérant dès 1946 le potentiel artistique de son apprenti, l'oriente vers un marbrier près du cimetière de la Guillotière à Lyon où il devient ornemaniste. Il a alors 18 ans, et son nouveau patron l'encourage à suivre des cours du soir de modelage.
En 1947, Avoscan se présente au concours d'admission de l'École des beaux-arts de Lyon où il est admis directement en 3ème année. Le matin il va à l'école et l'après-midi il travaille pour un professeur où il sculpte des commandes d'art religieux.
Il obtient le Prix de Paris en 1950, qui comporte une bourse d'études accordée par l'École des beaux-arts de Lyon et la mise à disposition pendant 3 ans d'une petite villa avec atelier (qui appartient à la Ville de Lyon) rue Ledion, près de la Porte d'Orléans. Il se passionne pour l'œuvre d'Antoine Bourdelle, dont l'atelier transformé en musée n'est pas loin, et pour subsister il redevient ornemaniste au cimetière du Père-Lachaise.
En 1958, au hasard d'une visite au Musée d'Antibes, la découverte de l'œuvre de Germaine Richier constitue un déclencheur pour trouver sa propre voie. Cette même année, il crée la sculpture "Architecture humaine" ainsi que "Le Couple" qui marque nettement un tournant vers l'abstraction.
En 1962, il réalise un mur de béton pour la Centrale EDF de Rhinau sur le Rhin, sa première commande pour l'architecture.
Il est nommé professeur aux beaux-arts de Lyon en 1964; il y restera jusqu'en 1986.
Installé à Étrigny, il meurt le 3 janvier 2012 à Chalon-sur-Saône. Il est enterré au cimetière de la Croix-Rousse à Lyon.

Parmi les œuvres monumentales créées par Ivan Avoscan, il y en a plusieurs que vous connaissez forcément :
Le Soleil (1978, station de métro Bellecour)
La Porte du soleil (1989, aire de repos de l'autoroute A7)